Publié le Laisser un commentaire

Prendre soin de mes bijoux textiles

Dans cet article “prendre soin mes bijoux textiles” découvrez mes conseils de beauté pour protéger vos bijoux. Mes créations en dentelle de crochet, réalisées en fibre de coton naturelles sont des bijoux qui méritent le plus grand soin, la plus grande attention.

En observant quelques gestes basiques, vous les conserverez longtemps.

Je vous recommande de:

éviter de les humidifier, de les mouiller (pluie, douche, transpirations…)

éviter le contact direct avec les parfums, eaux florales, huiles essentielles..

attendre quelques minutes avant de mettre votre bijou, si vous huilez, crémez votre peau,

ne pas dormir avec vos bijoux

ne pas les manipuler avec des mains sales, grasses,

les ranger à l’abri de la lumière, de la poussière, dans un endroit sec

les ranger à plat, voir délicatement roulés sur eux-mêmes.

Prendre soin de mes bijoux textiles : pictogrammes concernant ce soin a apporter à vos bijoux en dentelle crochetée main

Mes bijoux sont livrés dans une pochette brodée main à leur nom

Afin de prendre soin de vos bijoux textiles, ces derniers sont livrés avec un pochette brodée au nom du bracelet, du collier que vous avez choisi afin de pouvoir le ranger, le protéger.

Vous pouvez occasionnellement les laver en respectant ces consignes

Lavez les à la main avec une lessive linge délicat ou laine, l’eau doit être froide,

N’utilisez pas d’eau de javel,

Evitez de les laissez tremper,

Ne les tordez pas, laissez les sécher à plat sur un linge de toilette, à l’abri de l’air ou au sèche cheveu tiède,

Vous pouvez les repasser au fer tiède en plaçant un linge entre la semelle du fer et le bijou, sans appuyer sur le fer à repasser.

Amidonnage

J’amidonne certains de mes bijoux textiles. Vous pouvez vous-même, occasionnellement, redonner de la tenue à ces derniers.

amidonnage simple : le bijou garde une certaine souplesse.

Pour ce faire, j’utilise les amidons du commerce : le plus courant Fabulon Amidon. La vaporisation doit bien être diffuse sur le bijou, ne concentrez pas le spray sur ce dernier au risque de le tâcher. Placer un linge propre entre la semelle du fer et le bijou.

Empois : le bijou reste rigide

La Fleur de maïs (Maïzena)

J’utilise cette technique d’amidonnage pour les boucles d’oreilles, les couronnes de princesses.

Il  faut pour cela une cuillère à soupe de fleur de maïs (Maïzena) et 5 cl d’eau. Mélanger les 2 dans une casserole et mettre à cuire à feu doux jusqu’à obtention d’une colle transparente. Retirer la colle du feu et laisser refroidir. Humecter légèrement l’ouvrage à durcir pour qu’il absorbe la colle uniformément.

Arranger la forme ainsi que les mailles du rebord car une fois sec, l’ouvrage ne bouge plus. Enlever le support juste avant le séchage complet pour éviter que l’ouvrage reste collé sur le support.

Le sucre

Il s’agit ici d’un clin d’oeil à celle qui m’a initiée au crochet : ma grand-mère Boucia Ménia.

Enfant, je me souviens de la voir rigidifier définitivement ses créations au crochet : napperons, coupelles avec un mélange fait de sucre et d’eau.

Il faut 1 volume d’eau pour 2 volumes de sucre (par exemple 100 g d’eau pour 200 g de sucre). Mettre l’eau dans la casserole, y verser le sucre et cuire à petit feu en remuant constamment jusqu’à ce que le volume diminue de 1/3.

Attendre que le sirop soit tiède pour y tremper l’ouvrage et le laisser s’imprégner. Le retirer et le faire sécher sur une forme adéquate.

Arranger la forme ainsi que les mailles du rebord car une fois sec, l’ouvrage ne bouge plus. Enlever le support juste avant le séchage complet pour éviter que l’ouvrage reste collé sur le support.

Publié le Laisser un commentaire

Lâche ton potentiel

Ce texte de Monique Damel : “Lâche ton potentiel” est pour moi un mantra, dans ces immenses moments de doute où je ne sais plus, où je n’ose pas.

Femme sur une place libérant des paillettes depuis un   ruban multicolore, image illustrant le texte  "Lâche ton potentiel"

Pourquoi tu gardes dans un placard, dans des cartons tes Créations ? Pourquoi tu t’éparpilles ?

Tout Créateur est fier de ses Œuvres s’il est fier de lui.

Tu produis, tu économises, tu prends du temps pour créer, tu laisses ton Imagination émerger. Ton Féminin est bien développé. Mais ton Masculin, Celui qui agit, qui ose, où est-il si tu gardes tout pour toi ?

L’Énergie qui émane de tes Œuvres est, aussi, pour les autres, seulement tu doutes !

Est-ce que :

le moment est venu ?

cela vaut la peine de le montrer ?

c’est beau ?

Cela va plaire ?

Mille et une questions inutiles, car tes Créations, quel que soit ton moyen d’expression, viennent de ton Âme, de ton Intuition. Si tu doutes encore, c’est que tu ne fais pas confiance à ton Moi profond, alors stoppe tout, ne crée plus !

Cependant, tu voudrais bien gouter la reconnaissance de ta production, tu penses que tu prendrais confiance en toi si le résultat est positif, mais tu n’oses pas le faire, tu ne te sens pas légitime !

Ai-je le droit ?

Cela m’est-il permis ?

Est-ce que je mérite ?

Tu es en dualité avec toi-même.

Jaillis hors de ta zone de confort, sors de ta citadelle, manifeste qui tu es, entoure-toi de personnes qui osent, qui n’ont pas peur et prends exemple.

Laisse tes productions se transmettre vers les autres, ne les retiens pas, comme une mère qui ne veut pas lâcher son enfant !

Ose faire ce que tu fais et aime qui tu es. Il est là le Secret, n’attends plus le bon moment, il n’y en a pas. C’est toi qui décides ou pas d’avancer.

Ne laisse pas se fondre, se perdre tes Dons, partage-les, trouve ta Vocation de Transmetteur. Interroge-toi sur tes motivations, choisis ce que tu veux faire passer comme message et fonce. Tu ne risques rien si ce n’est de t’apercevoir que tu peux apporter quelque chose aux autres et surtout à toi.

Monique DAMEL

Ce texte “Lâche ton potentiel” vous accompagnera peut-être dans ces moments où vous aussi vous ressentirez l’envie de tout arrêter. Quelques soient vos Dons, vos En-vies…

Publié le Laisser un commentaire

Je ne double pas mes broderies

Découvrez dans ce court article pourquoi je ne double pas les broderies de la collection du Petit Monde.

Je ne double pas mes broderies

J’apporte depuis toujours un soin particulier au verso de mes travaux.

J’ai en mémoire une scène qui se déroule un samedi, en début d’année, il y a quelques temps. Mes parents vont fêter leurs 20 ans de mariage. Nous avons décidé de leur offrir, mes frères et moi, un tableau brodé par mes soins. Nous nous rendons un samedi dans la petite mercerie que j’affectionne. Elle a installé à l’entrée de sa boutique un atelier d’encadrement. La broderie est lavée et repassée. Lorsqu’elle prend le travail en main Vabett, la responsable du magasin, va avoir deux gestes :

  • le premier elle passe sa main sur l’endroit du travail à la recherche des nœuds, des épaisseurs de fil qui apparaitront sur le dessus du travail lors de la tension progressive de la toile.
  • Elle va ensuite retourner l’ouvrage, ses mots seront : “Beau travail” avant de poursuivre “je juge autant la qualité d’un travail par le dos que par son endroit”. Ce qu’elle entendait par là : au dos de mon travail j’avais mis un point d’honneur à intégrer dans les points les fils traversant ainsi que mes démarrages de fils. Rien n’accroche le regard lorsque l’on observe le travail. “D’autant plus continua-t-elle que ces fils, noeuds, une fois le travail tendu peuvent percer” . Je tiens de mes grands-mères, de ma maman, ce soin apporté à mes créations brodées qui se regardent autant à l’endroit qu’à l’envers.

Pour illustrer ce choix “Je ne double pas mes broderies”, deux techniques de broderie exigent de pouvoir regarder le travail autant sur l’endroit que sur l envers.

Deux techniques de broderies ont cette exigence de perfection du travail

Le Blackwork

Portrait d'Elisabeth 1er portant une robe réalisé au blackwork. Cette technique de broderie exige que ke travail puisse s'observer autant sur l'endroit que sour l'envers. Je ne double pas es broderie développe cet aspect de mon travail de création: mes broderie peuvent également s'observer depuis leur dos.
Portrait d’Elisabeth 1er, 1590, Jesus College Oxford.

Il arrive à la Cour d’Angleterre depuis l’Espagne par le mariage de Catherine d’Aragon avec Henri VIII.

Il orne les vêtements de la cour de son délicat travail de fil noir.

L’exigence de cet art : le motif du Blackwork, doit être reproduit des 2 côtés de la Toile.

Le Point de Bayeux

A l’origine une vaste tapisserie brodée de ce point relatant la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant en 1066/

Ce point se réalise en 4 étapes

  1. contourer le motif d’un point de tige
  2. Remplir la surface délimitée d’un point lancé. C‘est ici que la règle s’impose. Les points lancés ne doivent apparaître que sur l’endroit du travail, au dos, l’aiguille entre et ressort du même côté de chaque point.
  3. Fixer les points lancés par l’intermédiaire des barrettes. Ici aussi l’aiguille entre et ressort du même côté du point de tige.
  4. Fixer les barrettes par un point de picot
Point de Bayeux, recto verso du travail.

Publié le Laisser un commentaire

Rendez-vous avec votre créativité.

Prenez rendez-vous avec votre créativité dans chacun de vos actes : Créer allume nos sens, nous permettant ainsi de revenir pleinement dans l’instant présent.

Prenez rendez-vous avec votre créativité dans chacun de vos actes. Créer allume nos sens, nous permettant de revenir ainsi dans le moment présent.

Bouger plus, manger mieux, dormir plus et mieux, prendre soin de ses amours, cultiver ses relations, se fixer des objectifs professionnels, poursuivre sa formation, lire, regarder des films, faire du yoga et de la méditation, aller régulièrement se faire masser, se faire aligner chez l’ostéopathe, épurer sa maison, faire le ménage dans sa vie. 

Notre Coffre à Outils est bien garni quand vient le temps de prendre soin de soi. 

Mais malgré tout ça, je rencontre régulièrement des gens qui mènent une superbe carrière de front tout en jonglant avec les obligations familiales, qui s’entraînent, sortent pour voir du monde régulièrement et qui arrivent devant moi en laissant tomber en un soupir un « Il manque quelque chose. Il y a un vide que je n’arrive pas à identifier ! Pourtant, je ne peux pas me plaindre ; j’ai une belle vie! ». 

Et si cet élément manquant était la Créativité?

Créer avec ses mains. 

Réparer des objets au lieu de les remplacer. 

Couper les branches d’un arbre. 

Cuisiner au lieu d’acheter des repas déjà préparés. 

Écrire à la main pour exprimer ce que l’on vit. 

Prendre dans ses mains un pinceau, le tremper dans l’eau puis frotter une pastille de gouache et voir ensuite la couleur s’étendre doucement sur la page blanche. 

Jouer de la musique. 

Chanter à tue-tête. 

Danser au milieu du salon ou en pleine rue. 

Enfiler des perles. 

Coudre pour réparer un vêtement. 

Coudre pour créer quelque chose de nouveau. 

Faire de la place pour la Créativité dans sa vie.

Ces actes tout simples sont bien loin d’être anodins : ils donnent un sens à notre vie! 

Accueillir l’instant présent

Utiliser ses mains, son corps, pour créer (même si c’est de réparer un barreau de chaise), permet à l’être humain de s’ancrer dans sa vie, de se reconnecter à son Essence. 

Créer allume nos sens, nous permettant ainsi de revenir pleinement dans l’instant présent, dans ce que le chercheur Mihaly Csikszentmihalyi appelle le Flow. 

Nous perdons ainsi la notion du temps et une grande Paix Intérieure en découle.

Lorsque la Créativité est utilisée dans un processus d’Introspection, c’est le processus qui est important. Au-delà du résultat final. 

Bien entendu, il est agréable de créer quelque chose de visuellement attrayant mais là n’est pas le but.

En s’offrant un moment pour utiliser du matériel d’artiste (et j’inclus ici le matériel qu’utilisent nos mini-muses à l’école!) pour marquer sur papier ce que nous vivons en ce moment, pour laisser couler nos aspirations, pour exprimer des sentiments, nous permettons à notre partie intuitive de s’exprimer. Cette partie de nous, j’aime l’appeler l’Artiste en soi. Cette Artiste détient bien souvent le morceau de casse-tête qui nous manquait pour compléter un tableau. Parfois, il nous offre un tableau complètement différent, nous menant ainsi hors de l’impasse.

Accueillir avec Respect et Bienveillance ce qui émerge de nous, nous fait grandir. 

Observer notre Création, nous permet de mettre en pratique le non-jugement d’abord et avant envers soi et ensuite envers les autres dans notre quotidien.

Laisser l’Artiste en soi nous guider nous permet d’enrichir notre vie en tissant un lien solide avec cette partie de nous qui nous fait sentir complet.

C’est ce que j’appelle Revenir vers soi.

Texte: Manon Lavoie M come Muses

photo : Jan Ciganek (Pixabay)

Publié le Laisser un commentaire

Le pouvoir Féminin d’être créative.

le pouvoir féminin d'être créative. Image d'une femme le visage recouvert de peinture illustrant

Notre part de Féminin nous donne le Pouvoir d’être créative au quotidien. Chaque acte de la vie, qu’il soit petit ou grand doit être création.

« Reconnais et honore la puissance de ta féminité par le Pouvoir d’Être Créative. 

Prends le temps de te réserver de l’espace pour créer au lieu de remettre à plus tard ou minimiser ce que tu peux apporter dans le monde. 

Crée, crée, crée tout le temps dans ton quotidien. 

Tu seras plus heureuse tout en forgeant un monde meilleur. »

Le Féminin en soi a ce grand Pouvoir de créer au quotidien. Dans la vie de tous les jours même si ce sont des petites choses elles ont une très grande valeur. Il est important que le Féminin reconnaisse sa grande capacité de créer des atmosphères, des relations, de bons petits plats, des bonnes odeurs dans la maison, de la musique, de la Paix et de l’Harmonie autour de soi et en soi, des Cercles de femmes, de transmettre sa Sagesse Féminine sous forme de livres, cartes, ateliers,  des organismes communautaires, etc..

Le Masculin en soi aime créer de grandes choses qui appartiennent au monde extérieur. Ceci afin d’améliorer les conditions matérielles de la société, comme des routes, des avions, des téléphones intelligents, des entreprises, de nouveaux produits. 

Il est nécessaire de valoriser autant la Créativité Féminine que Masculine afin de créer ensemble un monde meilleur.

RÉFLEXION : 

« Je reconnais l’importance de créer pour aimer et jouir de la Vie »

Sylvie BÉRUBÉ (Lüna) Cartes « Les Pouvoirs d’Ève »

Photo Image par Alexandr Ivanov de Pixabay

Il est aujourd’hui temps de réveiller le Pouvoir Féminin d’être Créative qui sommeille en vous.

Publié le Laisser un commentaire

Le label Oeko-Tex

Généralités

le label Oeko-Tex (prononcer Euro-Tex) est un label international. L’association allemande Oeko-Tex le créer en 192. Cette association regroupe 18 instituts de recherche indépendants.

En premier lieu ce label contrôle tous les éléments, toutes les étapes entrant dans la constitution d’un vêtement : la matière première, le fils de couture, la teinture, le tissage…

Ainsi, le label garantit que le produit final n’est pas nocif pour la santé et la peau des personnes qui sont en contact avec ce dernier.

Deux cas de figure pour obtenir le label Ecotex :

  • le produit final ne contient aucun produits chimiques nocif.
  • le produit contient des produits nocifs mais en quantité infime, bien en-deçà des seuils fixés par le label ce qui fait qu’il ne représente aucun danger pour la santé.

Indirectement ce contrôle exercé sur l’absence de substances nocives dans la fabrication du produit régule la protection de la planète. En limitant ainsi l’utilisation de produits nocifs chez les fabricants, la chaîne de production réduit une grosse partie des déchets dangereux pour l’environnement.

Label Oeko-Tex standard 100 : celui attribué à deux des cotons que j’utilise.

Le label Oeko-Tex  label standard 100 , label d'origine

Il est le premier label créé. Il contrôle la présence ou non de substances nocives dans TOUS les éléments qui constituent un vêtement. Plus de 100 contrôles sont effectués testant plus de 300 substances : qu’elles soient interdites, réglementées ou controversées mais aussi la qualité du pH, la stabilité des couleurs…Des tests en laboratoire sont réalisés, un audit sur site est effectué, renouvelable tous les trois ans.

Une fois le label obtenu, des contrôles de produits prélevés dans le commerce s’effectuent de manière aléatoire. L’attribution du label est pour une année afin d’ assurer la régularité, le sérieux de la démarche du fabricant.

D’autres labels plus spécifiques existent. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous renvoie à l’article complet écrit par Consoglobe sur lequel je me suis inspirée pour la rédaction de ce billet.

Le label Oeko-Tex et mes créations de bijoux au crochet.

Me concernant, je travaille avec trois gammes de coton dont deux possèdent le label Oeko-Tex.

Le nombre de teintes proposées reste à ce jour relativement limité laissant peu de choix dans les déclinaisons des couleurs.

Faire un choix

Au vu de ces éléments, je porte mon choix sur au sein d’une même collection :

La création de bijoux dans lesquels je n’utiliserai que des cotons Oeko-Tex

label Oeko-Tex standars 100

j’identifierai cette gamme de création par la utilisation du logo pour repères visuels. De cette manière vous distinguer les bijoux dans le coton est certifié non nocif dans mes fournisseurs.

Découvrez ma gamme de couleurs ici.

la création de bijoux avec les autres cotons

Ma palette de couleur est ici.

Cependant je ne peux parler de mes fils de coton sans évoquer les origines les étapes qui ont mené à la réalisation de ces derniers.

Les secrets du coton

Un peu d’histoire

Pour commencer, le coton est la fibre la plus utilisé au monde dans l’habillement, l’ameublement, dans le domaine pharmaceutique. Il représente près de la moitié des fibres textiles mondiale.

Le coton est utilisé depuis des millénaires.

Des fragments de coton datant d’il y a environ 7000 ans ont été découverts dans des grottes de la vallée de Téhuacan au Mexique. On a également découvert sur la côte nord du Pérou, des fragments de coton colorés datant de plus de 5000 ans.

Ainsi l’Inde cultive le coton depuis plus de 3000. Le Rig-Véda écrit en 1500 av. J.-C. le mentionne. Le Rig-Véda est une collection d’hymnes sacrés de l’Inde antique en sanskrit védique.

Mille ans plus tard, le grec Hérodote mentionne le coton indien : « là-bas, il y a des arbres qui poussent à l’état sauvage dont le fruit est une laine bien plus belle et douce que celle des moutons. Les Indiens en font des vêtements. »

Comment fabrique-t-on le fil de coton?

Depuis toujours, le processus de fabrication du fil reste le même. En définitive les techniques industrielles permettent uniquement d’améliorer le rendement.

Pour se développer le coton a besoin de conditions climatiques particulières. Le coton est en fait la fibre qui entoure les graines du cotonnier, un arbuste qui vit dans les régions tropicales et subtropicales, là où le soleil est chaud et la pluie abondante. En effet l’arbuste a besoin durant cette période végétative qui dure environ quatre mois d’une grande quantité d’eau. À la fin de sa croissance, afin de se développer, c’est un climat sec qui lui sera nécessaire.

Label Oeko-Tex, carte des producteurs mondiaux de coton.
Etape par étape
  • Pour commencer, la récolte suivie du séchage à l’air libre au soleil durant quelques jours.
  • L’humidification par la vapeur d’eau augmente la solidité du fil
  • L’égrenage : séparation de la fibre de coton de sa graine.
  • Le battage : il enlève les saletés, corps étrangers.
  • Le cardage : il peigne les fibres, les sépare les une des autres afin d’ obtenir un long ruban : le ruban de carde.
  • Le filage : le coton brut se transforme en fils. On étire progressivement le ruban de carde en lui appliquant une torsion pour obtenir un fil continu.
  • Le doublage voir triplage, opération optionnelle : fin d’améliorer sa force, son aspect, on double voire triple le fil obtenu.

Photos.

Enriquelopezgarre, Montemari, Jan Haerer, Jim Black de Pixabay

Publié le Laisser un commentaire

Choisir la longueur de mon collier

Comment choisir la longueur de mon collier ? selon cette dernière, les bijoux de cou portent des noms différents. Je vous invite à les découvrir ici. Vous trouverez également quelques conseils dans le choix de la longueur de votre collier en fonction de la forme de votre visage, de votre tenue.

choisir la longueur de mon collier. Les colliers portent selon leur longueur différents noms et s'accordent à vos haut afin de se mettre réciproquement en valeur.

Selon leur longueur, les colliers portent des noms différents.

Le tour de cou : de 30 à 36 cm
choisir la longueur de mon collier : le tour de cou : un collier qui met en valeur les cous longs

Comme son nom l’indique, il fait le tour de votre cou.

Un pendentif discret, de petite taille peut l’agrémenter. Il se porte généralement avec une tenue dégageant votre cou : col bustier, bateau…

Il met en valeur les cous longs.

Le ras de cou : de 37 à 41 cm
le Collier ras de cou: un bijou classique et polyvalent

Un collier classique et polyvalent qui se place à la base du cou, juste au dessus des clavicules. Il souligne le décolleté tout en le complétant. Il se porte avec toutes sortes de cols et habille le cou avec élégance. Il est mis en valeur avec des cols en “V”, des cols bateau, des chemises boutonnées et des hauts dégageant les épaules. Il est le collier idéal à porter aussi bien avec une tenue chic que décontractée.

Il se marie idéalement avec le collier princesse.

Princesse : de 43 à 45 cm
le collier princesse est le collier que l'on rencontre le plus souvent

le collier princesse est celui que l’on rencontre le plus souvent. Il descend sur le haut du buste et passe sur les clavicules Il est un bijou à porter au quotidien.

Il s’adapte à toute les morphologies, toutes les tenues, toutes les formes d’encolure.

“Matinée” : de 51 à 61 cm
Choisir la longueur de mon collier : le collier matinée de 51 à 61 cm de long

le collier “matinée” se porte à hauteur de la poitrine. Il porte une touche sophistiquée à vos tenues. Il se porte aussi bien avec un tailleur pantalon qu’une longue robe d’été.

C’est le collier des visage ronds et des personnes ayant un petit cou.

Opéra ou sautoir : de 71 à 90 cm

Il s’adapte à toutes les morphologies et habille aussi bien une tenue chic et festive qu’une tenue plus formelle.

Rope : 90 m et plus

Il est immanquablement associé à Coco Chanel, c’est l’accessoire incontournable des années 1920.

C’est le collier qui permet le plus de créativité.

Le long sautoir Plus d e 120 cm

Il se double, se triple, se noue.

C’est le bijou avec lequel vous pouvez le plus jouer, il est source de créativité.

Les différents éléments pour choisir la longueur de votre collier

Pour choisir la longueur de votre collier, il est important de tenir compte de : la forme de votre cou, la forme de votre visage, votre physionomie, votre taille, la forme du col de votre vêtement

Votre forme de visage

Le collier peut vous aider à accentuer vos traits faciaux et modifier la façon dont les autres percevront votre visage. Ainsi si votre visage est :

Choisir la longueur de mon collier en fonction de la forme de mon visage

Rectangulaire : évitez les colliers longs, ils risquent d’attirer le regard sur le bas du collier et non votre visage. En coeur : privilégiez les tours de cou et ras de cou. carré, ovale : tout vous est permis. Rond : évitez ras de cou et tours de cou, choisissez de longs colliers pour allonger votre visage, Triangulaire vers le haut : de longs colliers allongeront votre visage , Triangulaire vers le bas : préférez les ras de cou, tours de cou afin de donner plus de volume au bas de votre visage. Hexagonal : ne choisissez pas de colliers trop longs

La forme de votre cou

Vous avez un cou : fin : le tour de cou, le ras de cou sont vos bijoux épais : préférez les colliers plus longs. long : préférez ras de cou et tour de cou court : portez votre choix sur les colliers “matinée” plissé : éloignez les regards de ce dernier en portant de longs colliers

Votre taille

Il est une règle à retenir : les yeux s’arrêtent toujours à l’endroit où votre collier se termine. Un long collier aura tendance à écraser une petite silhouette. Aussi si vous mesurez moins de 1,65 m préférez les colliers de 40 à 50 cm. Au delà toutes les longueurs vont sont permises.

La forme de votre corps

Dune manière générale, si vous souhaitez que les regards ne se portent pas sur une partie de votre corps, éloignez votre collier de cette dernière.

Votre silhouette est rectangulaire, choisir un collier qui se posera sur vos clavicules, il fera ressortir vos courbes, vos épaules sont plus larges: misez sur de long colliers : Opéra, Rope Votre corps s’approche de la forme du sablier, misez sur de longs colliers. votre silhouette est plutôt ronde, choisissez des colliers assez visibles, le collier princesse ou matinée est fait pour vous, un collier trop long attire le regard sur le ventre

Votre encolure

Le choix de la longueur de votre collier va aussi dépendre de l’encolure de votre vêtement. C’est pourquoi je vous conseille d’associer : Les cols roulés à des colliers longs. le col rond, celui qui épouse la forme naturelle de votre cou, à un collier princesse, un tour de cou les cols ouverts, bustiers, bateaux à de longs colliers multirangs portés sur le vêtement ou un collier court (ras-de-cou, princesse, tour de cou ) si vous le portez sur la peau.

Pour conclure, ces lignes sont les conseils généraux quant au choix d’un collier.

Une chose reste cependant importante à mes yeux,

si un collier procure en vous une certaine attirance et vous fait vous sentir belle,

alors peu importe s’il ne s’accorde pas aux standards.

Une femme qui se sent belle, rayonne sa beauté autour d’elle: là est l’essentiel.

Publié le Laisser un commentaire

Je mesure mon tour de poignet

Dans ce court article je vous explique comment “je mesure mon tour de poignet”.

Matériel

Munissez. vous d’un mètre de couturière, d’un ruban de tissu non extensible , d’une bande de papier, d’une règle.

Je mesure mon tour de poignet, dans cet article je vous explique comment procéder à cette mesure pour choisir votre bracelet:  munissez vous d'un mètre ruban, une bande de papier

Faites le tour de votre poignet en ne serrant pas trop. l’idéal est de glisser un doigt sous le ruban, le mètre…

Interprétation des mesures

A l'aide d'une règle mesurer la longueur de votre bande de papier

la mesure de mon tour de poignet est

entre X,1 et X,5 : je retiens X

entre X,6 et X,9 : je retiens X + 1

Votre mesure est 17,3 : retenez une longueur de bracelet de 17 cm

Votre mesure est 17,7, retenez un longueur de bracelet de 18 cm.

Déterminez ensuite la façon dont vous aimez portez vos bracelets : ajustés, amples, ajoutez alors 1 à 2 cm à la longueur précédemment déterminée. Je déconseille d’ajouter plus de longueur pour l’ensemble de mes bracelets.

Comment est calculée la longueur de mes bracelets ?

Elle se fait toujours à plat en tenant compte uniquement de la partie fermoir ( boule de perles et maillon perlé, crocheté). Ainsi la bouel de perle n’est jamais incluse dans la mesure.

Vous rencontrez une difficulté, n’hésites pas à me contacter contact@lestiroirssecretsdefantine.fr